Ce qu'on voit chez l'autre, c'est soi

Mis à jour : 26 déc. 2020



Craignez-vous la critique au point de vous empêcher de vivre votre vie comme vous l’entendez ? Je vais vous expliquer un fonctionnement qui devrait vous intéresser.


Connaissez-vous le principe de l’ombre blanche et de l’ombre noire en psycho? (Oh non ça y est, elle recommence à nous parler de psycho! Tu crois que ça va être intéressant? Je sais pas. On lit quand même? Ouai on verra par nous-même.)

L’ombre, est une part de soi que l’on ne connaît pas voire même que nous refusons de voir (Ah bah ça commence bien! Elle nous parle d’un truc qu’on ne peut pas voir), que l’on projette sur l’autre, et qui représente ce qu’on ne s’autorise pas ou qu’on devrait s’autoriser davantage (T’as compris quelque chose toi? Attend parfois elle donne des exemples).


Par exemple (Ah tu vois!):

Le mec qui ne travaille pas et voyage.

Option A: il vous fascine. Vous rêvez de prendre une année sabbatique mais vous n’oserez jamais. Du coup vous vous abonnez à sa page et à d’autres blogs de voyageurs et derrière votre écran vous appuyez sur like et waouh!!

Option B: Vous le détestez, car vous, vous travaillez, vous n’êtes pas là pour vous la couler douce aux Maldives aux frais de la princesse, et si vous revoyez encore une fois sa publi sponsorisée, vous déchaînez votre haine sur sa photo de cocotiers (Ah ouai elle a l’air énervé. Oh attend je crois qu’elle a dit un truc intéressant là! T’es sûre? Attend je relis.)


Deuxième exemple:

La nana qui fait la misère à son mec (Celui qui voyage? Non un autre.) au niveau pop-corn du ciné parce qu’il a pris des places pour voir un film, alors qu’ils avaient convenus d’en voir un autre.

Version hater: c’est comme ça la vie ma vielle. Mais quelle ingrate celle-là, elle a déjà bien de la chance que son mec l’emmène au ciné. Le vôtre ne fait jamais rien pour vous, vous êtes venue voir votre film toute seule et vous ne vous plaignez pas.

Version groupie: Vous avez trouvé votre nouvelle héroïne! Quelle classe dans l’intonation et la formulation! Vous adoreriez tellement vous aussi savoir exprimer vos besoins et vos limites!


Conséquence

Quand vous êtes le mec qui se fait incendier pour avoir posté des palmiers:

Option A: vous avez l’impression d’avoir un fou prêt à être interné face à vous.

Ou option B: ça vous fait mal si c’est sensible chez vous, pas encore trop autorisé.

Quand vous êtes la nana qui s’en prend plein la tête par la passante mal embouchée avec ses pop-corn.

Option A: non mais c’est une blague elle veut quoi celle-là?!

Ou option B: vous culpabilisez.


Option A! Toujours choisir l’option A!

(Ohhhh c’est pour ça que Jean Monique s’est déchaîne sur toi vendredi? Tu crois? On dirait regarde!)


Je vous raconte une de mes petites histoires? Lorsque j’étais à Bali (Ah on le saura qu’elle est allée là-bas! Chut j’attends la suite!), j’enrageais régulièrement, plusieurs fois par jour en fait, de voir des touristes se promener dans la rue en brassière de yoga. Promis je n'ai agressé personne! J’avais mis mes réaction sur le compte des coutumes locales qui n’étaient pas respectées mais ça c’était le petit air de violon que je me jouais. Comme ça prenait beaucoup de place, j’ai creusé plus. Et j’ai réalisé 2 choses: que ça me contrariait beaucoup d’être tant couverte alors que j’avais si chaud. Et que je n’assumais pas de montrer mon ventre. Pas parce qu’on était en pays hindouiste (En inde les femmes ont le nombril à l’air sans problème) mais parce que je me trouvais trop grosse et que j’avais peur d’être une abomination dans le regarde de l’autre. J’ai donc décidé d’aller au marché et d’acheter un crop top. De retour à ma chambre, après une bonne heure à observer mon ventre sous toutes les coutures, j’en ai conclu que le monde allait s’en remettre et que je pouvais tenter de le porter. La suite du séjour a été beaucoup plus confortable, j’avais nettement moins chaud et je ne voyais plus les touristes du yoga. J’étais beaucoup plus concentrée à admirer les paysages.

Ca vous est arrivé des choses comme ça?!


Conclusion: l’autre c’est moi! (Ah elle est en forme hein!) Quand quelqu’un vous tombe dessus, ce n’est pas parce que vous êtes une horrible personne, vraiment nulle et pas drôle (Bah là franchement l’humour… Oh quand même, elle fait des efforts là). C’est parce que ça vient toucher quelque chose de sensible chez lui. Une part dont il n’a pas pris conscience ou qu’il refoule et qui vient se manifester en force.

Ça remet les choses en perspective! Et c’est même vachement drôle quand on réalise que l’autre nous en veut de faire ce qu’il rêverait de faire. Ah ah! (Même pas drôle. Bah si quand même! Non. Allez juste un ptit peu ?!). Alors plutôt que de le prendre pour vous, vous pouvez avoir une douce pensée pour eux de se faire si mal tout seul.

Vous êtes leur miroir. Ce qui fait quelle facette de vous ils retiennent et si elle leur plaît ou non dépend d'eux. Et comme “On voit la paille dans l’œil du voisin mais pas la poutre dans le sien”, réactions souvent il y a.

Alors c’était bien de le savoir? (Hum pff hmm)


Maintenant c’est à vous!

Allons chercher votre part d’ombre! C’est bon à connaître pour comprendre vos réactions et ouvrir vos possibilités.

Prenez le temps de réfléchir à ce qui vous fascine et vous révolte autour de vous (Je la vois venir d’ici avec sa liste! Non c’est pas vrai! On va pas faire une liste?! Euh… si. Et voilà, je l’avais dit)


Donc prenez une feuille et un stylo !

Faites 4 colonnes, 2 et 2.

Et notez pour ce mois ou cette semaine:

● Ce qui vous a franchement agacé

● Ce que vous avez grave badé


Et trouvez l’ombre caché sous ces évènements :

● Ce que vous ne vous autorisez pas

● Ce que vous rêvez vous autoriser


Faites-en un réflexe de remplir ce tableau chaque fois que vous ressentez de la fascination / révulsion.

(Elle nous demande des colonnes et elle nous montre une liste. On fait quoi ? On la laisse continuer sans rien dire? )


Et là tout s’éclaire! On se rend compte des ombres qu’on a! In the shadow!!!! All my life!! (Non dis-moi pas qu’elle a osé?! Si elle l’a fait. Elle a craqué total! Comment on fait pour l’inhiber un peu? Viens on cherche le disjoncteur central ).


Quand on parle des autres on parle de soi.

Alors dites-vous que votre jupe n'est pas trop courte, ce sont eux qui s'en imposent des plus longues. (Qui ça eux? Les Écossais? Pourquoi elle a pas dit elles? Je sais pas je cherche plus). Vous n’êtes pas égoïste, ils ne s’autorisent juste pas à prendre du temps pour eux. Ce sont leurs cadres, leurs barrières, leurs limites qui n’appartiennent qu’à eux. Et qui n’ont pas à devenir les vôtres. (Ah oui vrai dis? Vrai! Chic!)

Retenez ça: leurs réactions en disent plus sur eux que sur vous.


Alors surtout, continuez à être vous-même, vous êtes merveilleuse! (J’aime bien quand elle dit ça! Moi aussi! Elle est barrée mais elle est sympa. Oui c’est ça. On lui dit qu’elle devrait consulter? Oh laisse, c’est bizarre mais depuis des années ça tient! )

( Lire Article 8 exercices bonus pour vous affranchir du regard de l'autre )

Marina

Qui je suis

Mes prestations

8 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout