Comment on tombe dans une relation toxique avec un partenaire toxique ?



Mon témoignage d'une relation toxique.

Ça n'arrive pas d’un coup. ON NE LE VOIT PAS VENIR. C’est progressif.

On y glisse.


Quand on réalise dans quoi on est enlisé, c’est déjà allé très loin.

Au début c’est TOUT BEAU TOUT ROSE, on a l’impression de rencontrer son AME SOEUR.


L’autre est charmant, sur la même longueur d’onde, il veut les mêmes choses, il nous dit ce qu’on a envie d’entendre, on se dit qu’enfin, ON A TROUVE LE BON. ( Sauf que c’est une grosse imposture, j’en parle sur d'autres posts ).

Il y a bien quelques SIGNAUX mais on se dit que c’est rien. Et puis vient un ENGAGEMENT.

Là, les choses changent complètement. Pour moi ça a été quand on a emménagé ensemble. J’ai découvert UN AUTRE VISAGE.

Et je n’ai revu son visage charmant que dans les moments où je réalisais des choses et m’apprêtais à partir.


Alors ça me mettait le DOUTE. Est-ce qu’il était vraiment un mec bien avec juste un coup dur à passer?

Plus la relation dure, plus le cerveau est EMBROUILLÉ. Ce qui m’a fait défaut? De ne pas savoir que ce TYPE DE PERSONNALITÉ existe.

J’ai plutôt CONFIANCE dans le GENRE HUMAIN et ça me semblait impossible qu’il y ait des GENS QUI PRENNENT PLAISIR AU MALHEUR ET A LA DESTRUCTION. Pour moi le monde se divisait en 2 catégories: les gens à peu près normaux (vous et moi par exemple) et ceux rencontrés en hôpital psychiatrique pendant mon parcours d’infirmière (chez les psychotiques déficitaires graves ! ) Lui NE RENTRAIT DANS AUCUNE des 2 CASES.

Plusieurs fois au cours de la relation je lui ai dit “je ne te comprends pas, je ne comprends pas tes fonctionnements alors que c’est mon job putain!”.


Mes grilles de lecture et d’analyse ne fonctionnaient pas avec lui. J’étais en permanence sidérée par ses propos et agissements. Et qu’est ce qu’il se passe quand on est en ÉTAT DE SIDERATION ?

2 choix :

  • Soit le cerveau cherche encore à se raccrocher à quelque chose et devant l’incohérence de la personne en face le plus “simple” vient à se dire “LE PROBLÈME VIENT DE MOI”.


  • Soit il disjoncte temporairement, ne sait pas comment traiter cette info donc la met dans une boite et OUBLIE. A la rupture quand le cerveau reprend ses esprits et connexions le contenu de la boite refait surface et là bonjour le choc.



On est donc de plus en plus PERDUE. On OUBLIE LES CHOSES GRAVES et on pense qu’on a de gros problèmes.

Et puis il ne faut pas oublier que je l’aimais, je lui faisais donc une CONFIANCE ABSOLUE.

Ça allait de plus en plus loin et je PERDAIS de plus en plus mes REPÈRES, mon ÉNERGIE, ma JOIE. A un moment on subit et ON ATTEND juste QUE CA PASSE parce qu’on n’a plus l’énergie pour quoi que ce soit.

Je me demandais même comment j’allais tenir mes journées, comment j’allais cacher mes larmes quand je venais juste de pleurer. Ce qui m’a fait défaut aussi c’est de ne pas imaginer que je devenais victime d’un truc.


Pour moi, je n’avais pas du tout LE PROFIL TYPE DE LA VICTIME comme j’imaginais, celle qui dit oui sans broncher toute effacée.

Je me suis déjà retrouvée à terre dans la forêt amazonienne avec un puma qui m’avait sauté dessus. Ou sur flanc de montagne à 6000m que j’étais aller grimper de nuit en Bolivie. Je suis plutôt aventurière de la vie, partie plusieurs fois pendant des mois avec mon sac à dos à l’autre bout de la terre toute seule.(Je vous en parlerai dans d’autres posts)

Donc pour moi, je n’étais pas du tout concernée par ce qu’on peut entendre parfois. Je suis une FEMME FORTE, j’encaisse, je me relève.

Sauf que comme toutes les femmes fortes que j’ai reçu en rdv, on encaisse beaucoup, trop, avant de dire stop quand on est sous terre. Ce type de situation PEUT ARRIVER A TOUT LE MONDE, dans un moment vulnérable de sa vie, ça ne fait pas pour autant de vous quelqu’un de faible. Au contraire. Ce qui n’a pas aidé non plus c’est cette SITUATION autours du covid.

Parce que je me suis retrouvée quasiment sans travail, sans revenus, isolée, ma famille n’est pas de la région.

A ne pas savoir si l’autre pète les plombs à cause de la situation ou de sa personnalité. Ni si c’était le covid ou la relation qui m’impactait autant.


Et j’avais pas envie de me dire que c’était ma relation. (Putain de covid quand même!) Sauf qu’à un moment, il faut OUVRIR LES YEUX PARCE QU’ON RISQUE D’Y LAISSER SA PEAU.

Quand je suis partie, c’était de la SURVIE.


Je ne comprenais toujours pas ce que je venais de vivre.

Ca a continué à tourner dans ma tête pendant des mois.

Et puis un jour, je l’ai croisé 5 minutes, c’est parti en vrille.

Je ne comprenais pas comment je pouvais me retrouver à nouveau AUSSI MAL en seulement quelques minutes.


Alors j’ai tapé des trucs sur Google. Les mots qui sont ressortis n’étaient pas jolis à lire.

Finalement c’est une BD (Tant pis pour l’amour de Sophie Lambda) qui m’a permis de CONNECTER tous les points entre eux enfin.


Je l’ai reconnu et je me suis reconnue.

Je n’étais pas folle.


Ça a été un immense SOULAGEMENT et une PRISE DE CONSCIENCE douloureuse de ce que j’avais vécu. De qui il était. Des profils de gens qui existent.

J’ai fait une boulimie de lecture ensuite. Mettre du sens, malgré tout ce que ça faisait ressortir, me faisait du bien. Si vous avez un doute sur votre relation je vous invite à FAIRE LE TEST pour faire le point. Ce n’est pas facile, ça demande du courage, mais croyez moi, la vie est plus belle quand on ne souffre pas dans ces relations et vous méritez d’être vous, en paix et heureuse.

🌷Je suis là pour vous écouter si vous en avez besoin🌷


Marina


8 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout