Comment vous créez ce qui vous arrive: les croyances

Mis à jour : 26 déc. 2020



Avez-vous déjà remarqué comme les choses peuvent sembler différentes racontées par une personne ou par une autre? Parfois comme si vous n’aviez pas vécu du tout la même histoire. Comme si la réalité de l’une et de l’autre n’était pas la même. Je vais vous confier un secret: c’est bien le cas. Et savez-vous pourquoi? Car c’est vous qui créez votre réalité unique. Laissez-moi vous parler de l’élément primordial qui permet à ce secret de fonctionner: vos croyances.

Vos croyances (pas politiques ni religieuses) sont vos pensées inconscientes et répétées que vous prenez pour des vérités. Elles déterminent votre vision :

de vous-même: je suis nulle, je ne peux pas être aimée ou appréciée comme je suis, je ne suis pas capable de…

du monde : la vie est dure, c’est le plus fort qui gagne, l’argent c’est le pouvoir, quand les choses vont bien c’est louche…

et des autres: les autres jugent, sont mieux que moi, ont plus de chance, réussissent mieux, sont comme ci comme ça…


Elles sont limitantes quand elles dirigent votre vie, vous jouent des tours et vous entravent. Elles sont soit transmises par votre famille, la société, votre culture… Soit créées par votre vécu: vous les mettez en place lors d’évènements marquants, traumatismes (ruptures, tromperies, accidents…) ou une répétition de petits évènements moins graves mais qui cumulés deviennent un traumatisme.


A cela s’ajoute le fonctionnement de votre cerveau: son rôle est de vous confirmer ce que vous croyez. Il fait donc le tri de la réalité pour sélectionner les éléments qui correspondent à votre pensée et ainsi vous montrer ce que vous « voulez » voir, pour vous confirmer vos croyances. Vous pouvez grâce à lui vous exclamer: “Je le savais. Je savais que ça allait se passer comme ça, que ça allait arriver!”


Je vous raconte une histoire?

Mon ancienne voisine. Elle pensait qu’on était en permanence en danger, que tout le monde était un voleur, un dealer, un kidnappeur de chien ou un agresseur potentiel.

Il fallait donc barricader la porte de l’immeuble à tout moment, à Orange centre, même si on allait juste aux poubelles à 50 mètres. Qui sait ce qui aurait pu se passer pendant ce temps-là?!

Quand elle sortait promener son chien (celui que des gens auraient pu lui voler quand elle allait à la piscine le lundi ou aux poubelles) elle regardait les passants l’œil mauvais, tirant la laisse pour ramener son chien à elle. Si les promeneurs la regardaient interloqués par son comportements, elle devenait agressive “Qu’est-ce que vous voulez? Pourquoi vous me regardez!” Ces pauvres promeneurs, venant juste de se faire agresser rétorquaient pourtant polis “non mais ça va pas bien madame il faut vous calmer!”. Et ça montait “Qu’est-ce qu’elle a la vieille?!”. Idem avec les voisins. Elle venait alors sonner chez moi chamboulée, car elle venait de se faire agressée. La situation a pris de l’ampleur au fil des mois. La police était très régulièrement en bas de chez nous suite à ses appels et les gens lui jetaient parfois des crottes de chien sur ses fenêtres.


De mon côté, je pars du principe que les gens sont plutôt sympa du moment qu’on leur fiche la paix. Même quartier, mêmes voisins. Les gens me disaient bonjour, me souriaient, étaient très corrects avec moi, prenaient de mes nouvelles, et m’aidaient à porter mes meubles si j’en avais besoin, sans même que j’ai à le demander, c’était spontanément proposé.


Autrement dit on vivait dans deux réalités opposées.


Qu’est-ce qui distingue ces deux situations qui n’ont plus rien à voir l’une avec l’autre? Alors que pourtant elles se déroulent au même endroit, avec les mêmes personnes.

Ce sont les croyances: “Le monde est dangereux” d’un côté VS “les gens sont sympa” de l’autre. Aussi opposées que la situation qu’elles ont créé.


Comment une croyance peut tant modifier votre vécu et votre environnement?

Pour plusieurs raisons:

Votre cerveau sélectionne ce qu’il veut voir

Ne retient pas le reste

Vos comportements découlent de cette croyance et analyse de terrain vu par elle


Ce qui signifie:

Pour “le monde est dangereux”: que si 9 personnes sur 10 ont dit bonjour aimablement à l’origine, ne sera retenu que celui qui a reniflé en passant et qui ressemblait à un grognement menaçant. Et que les 9 autres étaient tous suspects, car “on n’est pas gentil gratuitement”, ils allaient sûrement se faufiler dans l’immeuble pour piquer son chien.

Pour “les gens sont sympa”: que ceux qui ne disent pas bonjour sont sûrement dans leurs pensées et que tous les autres sont avenants.

Votre interprétation de la réalité change donc radicalement.


Et dans votre vie alors? Auriez-vous remarquez des schémas qui se répètent? Est-ce vraiment la faute à pas de chance, ou avez-vous une part de responsabilité dans ce qui arrive, dans votre façon d’interpréter, de percevoir les choses?

Je vous laisse y réfléchir!

Dans tous les cas gardez à l’esprit que vous êtes merveilleuse!


Marina

Qui je suis

Mes prestations

10 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout