• Marina Martin

Les signes que vous êtes en train de vous saboter



Si vous lisez cet article, c’est qu’une partie de vous commence à avoir un doute: comment ce projet n’aboutit pas depuis le temps? Et si vous aviez un rôle là dedans?


Vous l’avez compris, parfois pour différentes raisons, entre soi et la réussite on met en place tout un tas de stratégies et d’actions pour conduire au non aboutissement du projet, qui agissent comme des fusibles.


Concrètement, comment vous faites ça:

  • Avec des actes manqués: vous oubliez, par exemple, de mettre votre réveil pour votre entretien matinal

  • Vous repoussez sans arrêt: vous n’avez pas le temps, pas l’argent, ce n’est pas parfait, plus tard ce sera mieux, vous aurez plus de connaissances, plus d’outils. Vous avez tout un tas d’excuses. Sans date fixée ou qui se décalera une fois encore. Et plus tard se transforme en jamais.

  • Vous vous en remettez au destin sans rien faire. Vous restez passive. Vous connaissez cette histoire de l’homme qui tous les jours prie dieu “stp stp fais que je gagne à la loterie” et dieu un jour fatigué qui lui répond “stp stp va acheter un ticket”.

  • Vous changez d’idées, de projet, au moment où celui-ci va enfin se concrétiser. Il est prêt mais ne verra jamais le jour.

  • Vous délaisser votre projet en vous perdant dans des choses insignifiantes qui prennent le pas sur l’avancée du projet. Au moment de vous y mettre vous vous rappelez que vous devez passer un coup de fil, vous entreprenez un grand ménage chez vous, sortez acheter le pain.

L’avantage: ne pas être confronté à votre réussite ni à votre échec et pouvoir accuser des circonstances extérieures qui ne vous incriminent pas, ne vous mettent pas à mal.


Le problème de l’autosabotage: c’est que vous vous tirez une balle dans le pied et vous vous plaignez d’avoir mal au pied.


Vous ne voyez toujours pas pourquoi vous feriez ça? Je comprends, c’est sacrément sournois et subtil comme fonctionnement, de façon à ce qu’on ne le voit pas. Je vous ré explique en simple.


Nous les humains nous aspirons à deux choses:

  • ne pas souffrir

  • et être heureux

Et nous avons toutes une balance intérieure dont nos choix et comportement découlent.


Quand les échecs ou la non atteinte de la réussite se répètent, questionnez-vous:

- Qu’est-ce qui pèse plus lourd dans cette balance?

- L’échec du projet est moins douloureux que quoi?

- Quelle peur plus grande fait-il planer ( d’être malheureuse, de ne pas être aimée, être rejetée, abandonnée…)

Car on fait en sorte de ne pas réussir pour ne pas souffrir, l’échec du projet étant dans la balance, moins douloureux que les conséquences que la réussite entrainerait. C’est donc plus facile de le regarder au loin que de le concrétiser. Et on met tout un tas de mécanismes en place pour être sûre de ne pas atteindre la réussite pour se préserver. Mais en fait ça ne marche pas puisqu’on en souffre.


Le fait de rater vous fait réussir à un autre niveau: il y a un enjeu plus grand, et c’est lui que vous allez réaliser.


Pour la petite histoire, lorsque j’étais en formation, nous étudions les stratégies individuelles et leur bug de mise en application. Pour illustrer ce propos une stagiaire nous à parlé de comment elle avait raté son gâteau en omettant la farine. Classique, ça arrive. Sauf qu'en l'écoutant parler du contexte plus général on apprenait quelque chose de très intéressant. Avec son conjoint ils aimaient bien “jouer à la famine” leur mission était alors de faire comme s’ils n’avaient plus rien dans leurs placards et d’aller chercher à manger en forêt pour se nourrir: champignons, châtaignes etc. Et elle était bien embêtée quand sa recette ratait comme cette fois là, en oubliant la farine. J’ai alors fait remarqué que ce ratage de recette faisait réussir une stratégie plus grande de leur jeu: “la famine”. En effet, malgré toutes leurs trouvailles, ils n’avaient alors rien à manger.


Nous atteignons donc un objectif plus grand par nos ratés, et ce qui est fantastique c’est qu’on le fait d’une d’une façon à s’enfumer toute seule. On peut donc continuer à blâmer le sort ou la malchance. Sournois n’est-ce pas?


Vous commencez à y voir plus clair?! Je vous invite à poursuivre votre questionnement pour lever vos sabotages et vous offrir d’autres possibilités.

Vous êtes merveilleuse, offrez-vous de rayonner pleinement qui vous êtes.


Marina

Qui je suis

Mes accompagnements


21 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Ethique & Engagements 

Mentions légales 

© 2015-2021 by Marina Martin, Hypnotist & NLP Practitioner.