Quand les émotions vous submergent

Mis à jour : 26 déc. 2020



Le fond du trou. Le gouffre. Dévastée. Un mal être prêt à exploser. L’harmonie rompue. A terre. Lassitude. Usure. Plus envie d’avancer. L’émotion est forte. Vive. Poignante. Impossible de l’ignorer, ni de passer à côté. Elle occupe tout l’espace. Jour et nuit, elle est là. Vous en cherchez des réponses au milieu de la nuit.


Pourquoi vous ressentez ça ?

Cette émotion, qui fait si mal, vient vous aider à garder votre vie sur les rails. Elle attire fortement votre attention sur ce qui ne va pas et doit être pris en compte. Elle vise à vous faire réagir pour préserver votre équilibre intérieur et retrouver la paix.

Celle que vous ressentez en ce moment a un message pour vous:

  • La colère explosive vous aide à défendre votre espace, indique votre besoin d’être pris en compte, considérée, de pouvoir vous exprimer dans qui vous êtes, et vous fait aller au combat.

  • La tristesse intense, qui dure, pointe cette chose essentielle que vous n’arrivez pas à trouver ou venez juste de perdre. Vous sentez que vous vous recroquevillez, cherchez à tout prix quelque chose auquel vous raccrocher.

  • La peur anticipe la catastrophe, ce que vous craignez qu’il vous échappe ou vous arrive de pire et vous maintient en alerte.

Pourquoi ça fait si mal ?

  • Vous avez trop cumulé. Ce n’est pas la première fois, c’est une succession d’évènements qui fait que vous êtes à saturation

  • Une de vos fondations est ébranlée. La secousse est donc virulente et vous touche en profondeur

  • Une blessure est rouverte. L’évènement remet à vif une plaie pas cicatrisée.


Envie de fuir !


Devant la puissance de ce mal être, vous pouvez être tentée de compenser pour le soulager: nourriture doudou, cigarettes qui s’enchainent, fond de bouteilles que vous voyez trop souvent. Si cela vous fait du bien, pourquoi pas un temps. C’est parfaitement normal de vouloir vous soulager. C’est humain.

Mais vous savez que cette réponse ne peut être en place qu’un court moment. Car c’est un faux pansement qui vous empêche de vous occuper de la plaie dessous. Et qui vous rajoute un problème supplémentaire : de vous trouver grassouillette, de vous voir risquer des problèmes de santé, d’avoir encore moins envie de rien et rester dans votre léthargie.


Il faut du temps pour envisager le chemin qui vous permettra de remonter la pente. Alors prenez le vôtre. Et quand vous serez prête, vous vous relèverez pour faire en ce sens vos premiers pas. (Lire article Submergée: les premiers pas pour remonter et Comment garder la tête hors de l'eau)

Je vous souhaite du courage pour cette période et vous invite à vous rappeler chaque jour, que vous êtes forte et merveilleuse.


Marina

Qui je suis

Mes prestations

21 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout